Inflation en France avant et après l'euro

Depuis l’entrée en vigueur de l’euro, le 1er janvier 2002, une partie du grand public tend à penser que la monnaie commune a nui au pouvoir d’achat. A ce titre, le prix de la baguette de pain est souvent pointé du doigt : on entend ici et là que la baguette coûtait seulement un franc en 2002 alors qu’elle coûterait désormais un euro. Mais est-ce la vérité ? Que nous disent réellement les chiffres ?

Inflation en France avant et après l'euro

L’euro a renforcé la stabilité des prix

Si on revient en arrière, on s’aperçoit que la France a connu des périodes durables où l’inflation était très forte et/ou volatile. Ainsi, entre 1973 et 1983, l’inflation était quasi-systématiquement au-dessus des 10 % !

La stabilisation des prix débute en 1983 avec le « tournant de la rigueur » engagé par François Mitterrand. La lutte contre l’inflation est un des objectifs principaux de cette politique.

Depuis 1986, l’inflation n’a plus dépassé 4 %. Mieux, on observe une inflation encore plus modérée depuis que l’euro est la monnaie officielle. En effet, l’inflation moyenne annuelle était de 1,7 % entre 1991 et 2001 alors qu’elle est de 1,4 % depuis 2002.

Les prix ont ralenti dans l’alimentation et les produits manufacturés

Ensemble, l’alimentation et les produits manufacturés représentent 43 % de la consommation des ménages en biens et services. Or, ces deux catégories ont connu des ralentissements depuis l’arrivée de l’euro.

En ce qui concerne les produits manufacturés, il s’agit même d’une baisse des prix : en moyenne, ils ont reculé tous les ans de -0,1 % depuis 2002 !

Une inflation plus forte chez certains produits phares explique un ressentiment négatif

Si une partie du grand public associe l’euro à des hausses de prix, c’est parce que certains produits symboliques ont effectivement vu leurs prix augmenter plus que la moyenne. Si on prend l’exemple du faux-filet de bœuf, il a augmenté en moyenne de 2,7 % par an depuis 2002 alors que l’inflation globale était de 1,4 % en moyenne sur cette même période.

Cette hausse n’a rien à voir avec l’euro ! Selon l’économiste Philippe Chalmin, l’augmentation des prix est liée à la hausse des contraintes pesant sur le secteur : nécessité de renforcer la traçabilité après l’épisode de la « vache folle », obligation pour les abattoirs de mettre en place un système d’épuration des eaux, etc.

En ce qui concerne la baguette, son prix n’a jamais été de 1 franc en 2001. Il était en réalité de 4,3 francs (soit 0,66 €) ! Depuis, l’inflation moyenne annuelle sur la baguette est de 1,9 %. Or, ce chiffre est inférieur à la hausse moyenne de 2,5 % au cours de la décennie qui a précédé l’euro !

Créé le 09 juin 2017 - Dernière mise à jour le 16 juin 2017
© IEFP – la finance pour tous
 
0 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !